| Portraits de femmes

Lila

Pendant le premier confinement, elle m’a écrit, un matin.

« Penses-tu que je puisse suivre tes cours alors que j’ai tout oublié, ce que c’est que le sport, et moi même aussi ? »
Lila avait peu à peu perdu les traces de ses contours, de ses désirs, de qui elle était et de ce qu’elle aimait. Selon elle, cet oubli avait débuté il y a 7 ans, quand son mari l’avait quittée, elle et ses deux filles, du jour au lendemain.
Seule sur son radeau fragile, elle a du affronter les déceptions, les tempêtes, le manque d’argent, la solitude. Secrétaire médicale, Lila n’a pas travaillé durant les premiers mois de la pandémie et motivée par une de ses amies, elle a commencé à suivre mes cours en live tous les 2 jours, accompagnée par ses filles de 9 et 11 ans.
Et moi, derrière mon écran, j’ai été la chanceuse spectatrice de sa mue.
Je la voyais se connecter, écrire « Ready » à chaque début de séance.
« Ça me porte Julie, cette énergie 2.0 qui nous rassemble toutes pendant tes lives ». Ça a été ça, le déclic, lorsqu’elle a vu qu’on pouvait être plusieurs centaines de femmes à bouger ensemble sans prise de tête pour s’échapper un peu de cet enfermement.
« Au début, je n’arrivais même pas à faire un squat, tout mon corps était bloqué, c’est comme si je ne le sentais plus. Je pleurais à chaque cours. Mais je n’ai pas lâché, j’ai dépassé ma peur, ma honte, le dégoût de moi. Au bout de 2 mois, le sport était devenu ma soupape. Le mouvement m’a reconnectée à moi même, à mon corps, à mon désir. Je ris de nouveau ».
Et moi j’ai souri et mon cœur a gonflé.
Lila n’avait pas été effleurée par quelqu’un depuis 7 années, pas même un amant de passage.
Un jour, peut être une année et demie après sa remise au sport, elle m’a écrit.
« J’ai joui pour la première fois, et je sais que c’est grâce à tes cours, et je me marie dans quelques mois, et je crois bien que cette nouvelle ère d’amour pour moi a été déclenchée par du Pilates Booty ».


Là, j’ai pensé qu’un squat, ça peut aussi être toute une flexion de l’être vers son Moi profond, les prémices d’une sensualité, le départ d’une prise de conscience salvatrice, les débuts d’une renaissance.

🤍



📸Christian Vey

Newsletter

Les cours de Julie
SIRET 909651085 00021
email
Crédits photos
Virginie Zilbermann
Conception réalisation
Romain Pujols-Benoit
Design studio